You pay for this, and they give you that → Claire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Le message « You pay for this, and they give you that → Claire. » a été rédigé par Adair C. Sheperd

 
© Yamashita sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
You pay for this, and they give you that
 « Once you're gone, you can't come back »
 
 

feat. Adair & Claire
La journée était claire pourtant le temps n’était pas au beau fixe. Tu observes le ciel ombragé sans trop te rendre compte que tu bloques la rue. Les passants te dépassent en te jetant un regard noir mais tu ne fais pas attention à eux. Tu remontes d’une main ton écharpe sur ton nez et tu sors ton téléphone pour finalement observer l’heure.

15h26.

Un soupir léger quitte tes lèvres et tu tournes la tête vers l’intérieur de la boutique. Lance est là avec Enaid et Chalice. Ils sont venus rendre visite à Gemma et Edwyn. Et à toi, en bonus. Même si tu sais que Lance ne t’apprécie pas particulièrement, sa femme t’adorait et ses filles sont folles de toi – comme toutes les filles, après tout –. Tu as proposé de les accompagner faire un peu de shopping, Noël approche et les décorations ont commencées à faire leur apparition. Tu vois Lance à l’intérieur, les traits tirés. Il cri sur sa plus jeune fille, ta filleul. Tu entres alors.

« Ca suffit Enaid ! Arrête de faire un caprice. »
« Mais Papa, je veux la peluche ! »
« Non, j’ai dit. »
« S’il te plaît ! »
« Non ! »
« Papa je te déteste ! »

Tu soupir, elle était pédagogue, pas lui. Et elle ressemble tellement  à sa mère que chaque regard qu’il porte sur elle est empreint de tristesse. Il se passe une main sur le visage. Ces mots sont durs, même si elle ne s’en rend pas compte. Tu approches et pose une main sur la tête de l’enfant.

« Il ne faut pas dire des choses comme ça à son papa Ena. »
« Mais… Il veut pas… » sanglota-t-elle doucement.
« Est-ce vraiment si important ? En plus, le père Noël ne passera pas si tu n’es pas sage… »
« M’oui… »
« Va t’excuser ma belle. »

Enaid hoche la tête et s’approche de son papa pour lui présenter ses excuses. Tu vas embrasser le front de Chalice, restée en retrait par rapport à la dispute. Tout rentre dans l’ordre et tu conseils à Lance de rentré. Il est épuisé et les enfants aussi. Tu leurs fais un signe de main et tu te retournes. C’est là que tu l’aperçois, la demoiselle dans son fauteuil. Elle traverse mais la ville a cru bon d’oublier d’abaisser les trottoirs sur les passages piétons. Tu hausses les épaules et tu approches, l’aidant à descendre sans un mot. Un sourire par contre, et tu te relèves.

« Vous voilà sauvé damoiselle. »

Non, aucune arrière-pensée, aucune pitié.

« Essayez de vous renseigner au skate-park, ils vous apprendront peut être comment sauter les rampes. »

Un sourire amusé étire tes lèvres. Tu sais que tu risques de te prendre une sale réflexion, ça ne se fait pas ce que tu dis. Tu t’en fiches, après tout, tu ne la connais pas. Et alors ? Elle sera peut-être blessée ? Tant pis, ce qui est dit est dit. Advienne que pourra.
 
avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 25/09/2014
Personnage sur l'avatar : Lancer - Fate/Zero
Club : Aucun, je suis plus à l'école moi les enfants ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le message « Re: You pay for this, and they give you that → Claire. » a été rédigé par Invité
« Tu sais dans la vie, y'a ni méchant ni gentil » - Stromae

Elle souffle dans ses mains, il fait froid aujourd'hui. Pourtant, elle est bien emmitouflée dans son manteau chaud. Elle a pourtant l'impression d'être glacée jusqu'à la moelle de ses os. Elle n'est pas bien épaisse il faut dire mais le pire, c'est de ne pas bouger. Et oui, bien qu'elle fasse rouler son fauteuil grâce à ses mains gantées, il n'empêche que le reste de son corps ne bouge pas énormément et c'est pour cela qu'elle à froid. En grande partie. Bien qu'elle soit née en plein hiver, elle préfère l'été même si la neige ne la dérange pas, elle l'aime aussi. Enfin bref. Vous me direz dans ce cas : Qu'est-ce qu'elle fait dehors si elle à froid dans son fauteuil roulant ? Elle se promène et elle fait des achats, comme beaucoup, n'en a-t-elle pas le droit ?

Enfin, elle essaie de faire ses achats. Pourquoi essayer ? Parce qu'elle ne peut pas accéder à tous les magasins et elle ne peut pas monter sur tous les trottoirs à sa plus grande consternation. Elle est parfois obligée de faire des détours pour arriver à l'endroit qu'elle voulait. Elle pourrait demander de l'aide. Oui, elle pourrait mais elle ne veut pas. Elle ne veut pas être prise en pitié, elle veut être indépendante, comme si elle avait quelque chose à prouver. De toute façon, il n'y avait pas grand monde qui tentait de l'aider, ils avaient tous la tête ailleurs, "dans le guidon" comme on le dit souvent ou alors ils faisaient semblant de rien. L'ignorance est parfois ce que l'on fait de pire pour les êtres humains mais pour elle, pour Claire, l'ignorance vaut parfois mieux que la pitié des autres. Si, si c'est vrai.

Toujours est-il que la demoiselle avait réussi à atteindre son but, elle était rentrée dans un certain magasin avant de ressortir aussi sec. Trop de monde. Personne ne se poussait pour la laisser passer. Elle reviendrait un peu plus tard. Il fallait maintenant faire demi-tour et ses bras lui faisaient un peu mal à force de rouler. Elle a donc décidé de descendre, sur un passage piéton bien entendu. Cela lui faisait toujours un peu peur parce que, même si le trottoir n'était pas bien haut, elle pouvait toujours tomber et pour se redresser ... c'était la galère totale puis qu'elle n'avait aucun appui sur ses jambes. Finalement, tout se déroula plutôt bien et elle a poussé un soupir de soulagement. Heureusement. Cependant, le problème inverse se présenta à elle assez rapidement : comment allait-elle remonter sur le trottoir ? Ses différentes tentatives se sont toutes soldées par des échecs cuisant mais elle ne perdait pas son calme, elle savait que plus elle allait s'énerver et plus elle n'y arriverait pas.

Mais, soudain, elle a senti son fauteuil être bouger par quelqu'un. Elle s'est, un instant figé, agrippant les accoudoirs pour ne pas tomber. Elle s'est retrouvée sur le trottoir en moins de temps qu'il ne le faut pour dire "bonsoir !". Elle tourna la tête vers la personne qui l'avait aidé tandis que celui-ci commençait à lui parler. Elle le scrutait mais elle ne voyait aucune pitié en lui. Elle haussa un sourcil avant de sourire puis de rire durant un petit instant. Un rire cristallin et sincère. Elle s'est alors reprit avant de dire :

« Je crois que je vais suivre votre conseil. Merci pour votre aide. »

Elle acceptait l'aide de personnes qui la regardait, qui la considérait comme une personne normale malgré son handicap. Elle farfouilla dans son sac pour en trouver une papillote. Elle a tendu son bras vers Adair pour lui dire :

« Ce n'est pas grand-chose et cela vous semblera probablement ridicule mais ... tenez, c'est pour vous. Oh ! Mais je pourrais au moins vous inviter à prendre quelque chose de chaud, je suis idiote ... »

Elle fît une petite moue d'excuse en le regardant, les joues rougis par le froid.

Revenir en haut Aller en bas
Le message « Re: You pay for this, and they give you that → Claire. » a été rédigé par Adair C. Sheperd

 
© Yamashita sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
I left my home still as a child
«  I walked a thousand soary miles »
 
 

feat. Adair & Claire
Tu n’étais pas du genre à t’apitoyer sur le sort de quelqu’un : tu avais bien assez avec ton propre sort. Alors, ouais, les gens avaient des soucis. Parfois ils ne pouvaient pas vivre comme tout le monde et il leur fallait plus d’attention. Mais les personnes handicapée moteur qui ont toute leur tête et qui essaient d’avoir le plus de mobilité possible, à quoi rimerait le fait de les rabaisser à n’être que des assistés ? Non, tu admires ce genre de personne. Et peut-être le fait d’avoir vu ta belle-sœur refuser d’être admise à l’hôpital pour continuer de s’occuper de ses filles lorsque son cancer est passé en phase terminal t’avais-t-il fait comprendre qu’ils voulaient tous vivre normalement. Et qu'il n'était pas question qu’un homme sorti de nulle part les traites comme des demeurés.

Les périodes des fêtes étaient un souci important pour ce genre de personne. Tu te rappelais de Spencer – la défunte épouse de Lance – qui se battait dans les rayons des supermarchés pour atteindre ce qu’elle voulait acheter. Et toutes ces personnes qui lui jetaient des regards pleins de pitiés et de frayeur. Oui, la maladie ça fait peur. Tu avais entendu une femme parler à une autre un jour, dans la rue. « Je préfère pour elle que pour moi. » De rage, tu t’étais tourné vers elle pour lui dire le fond de ta pensée. Spencer t’avais sermonné ensuite : laisse les dire, elles ne savent pas que je suis heureuse. Car oui, Spencer était heureuse. Elle était entourée d’une famille aimante qui faisait en sorte de ne pas s’occuper de sa maladie. Même Gemma, qui pourtant avait été mal à l’aise au début, s’était mise à la traitée normalement. Et pour honorer la mémoire de cette femme si forte que tu avais tellement apprécié et que ton frère avait aimé comme jamais il n’avait aimé, vous passiez noël tous ensemble chez l’un de vous trois. Cette année, chez Edwyn. L’an prochain serait ton tour.

Ton regard se porte finalement sur la demoiselle et tu lui souris chaleureusement. Tu tends la main pour prendre la papillote avec un petit sourire en coin, amusé.

« Merci beaucoup, j’adore ça. Vous ne pouviez pas me rendre plus heureux ! »

Et c’était vrai. Edwyn racontait souvent à Chalice que tu piquais ses papillotes quand tu étais enfant. Qu’il faisait croire qu’il n’en savait rien alors qu’il te laissait à disposition exprès ceux qu’il ne voulait pas. Tu nies fermement en disant que tu t’es toujours contenté des tiennes mais personne n’est dupe. Tu souris en voyant qu’elle a bien pris ta petite pique et son rire te rend plus léger. Ils sont des gens comme tout le monde : il y a ceux qui abusent et les personnes adorables. Elle a l’air d’appartenir à la seconde catégorie.

« Avec plaisir, mais c’est seulement si vous le désirez réellement. Je ne veux pas vous imposer un verre avec un homme que vous trouverez barbant. » répondit-il d’un air charmeur, esquissant une petite révérence. « Mais si vous avez envie de passer un moment avec moi alors j’en serais ravi. Je connais justement un bar-restaurant absolument parfait dans le coin. »

Il faut bien flatter son égo, de temps en temps…
 
avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 25/09/2014
Personnage sur l'avatar : Lancer - Fate/Zero
Club : Aucun, je suis plus à l'école moi les enfants ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le message « Re: You pay for this, and they give you that → Claire. » a été rédigé par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

You pay for this, and they give you that → Claire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Maintien abusif d'un forum
» Tasha R. ◆ I don't give a shit, no one else can have you
» McKibbins petit dejeuner
» Mélanie
» Bug d'affichage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum